SELECTION OFFICIELLE
 FIDMARSEILLE 2008

COMPETITION INTERNATIONALE

première internationale / premier film

   
 Optical vacuum

OPTICAL VACUUM

Dariusz Kowalski

Mention spéciale du Prix Premier

> palmarès 2008

 

 AUTRICHE
 2008
Couleur & Noir et blanc
Images web
55’

Version originale
Anglais
Sous-titres
Anglais
Son
Stefan Németh
Montage
Dariusz Kowalski


Avec
Stephen Mathewson (voix)

Production
Medienwerkstatt Wien
Distribution
Sixpackfilm

Filmographie
INTERSTATE, 2006
ELEMENTS, 2005
LUUKKAANKANGAS –
UPDATED REVISITED, 2004
ORTEM, 2004

   

Nous sommes regardés. Constat presque trop aisé, les webcams, ouvertement ou implicitement vouées à la videosurveillance, sont désormais omniprésentes. Quel regard, en retour, poser sur de telles images ? Produites, comment les diffuser ? Quel oeil supposent-elles ?
Après deux films très brefs exclusivement nourris de ce type de prises anonymes, Luukkaankangas-Updated, revisited (2004), qui rassemblait des vues de routes finlandaises, puis Elements (2005), focalisé sur les paysages d’Alaska, Dariusz Kowalski (Krzeczek) élargit la donne. Il déplace son entreprise d’analyse, de désamorçage, en direction d’un réenchantement de ce non-regard. Optical vacuum articule et superpose trois niveaux. D’abord, dit off par son auteur, le journal d’un peintre dénommé Stephen Mathewson, méditation ruminante à teneur autobiographique, entrecoupée de réflexions sur l’image. Ensuite, à l’image, des vues impersonnelles provenant de webcams du monde industrialisé, de l’Estonie au Japon, qui passe indifféremment d’une laverie automatique à un parc public, d’un bureau désert à une plage de sable fin, d’un hôtel à une usine. Enfin, l’univers sonore électronique de Stefan Németh conçu pour l’occasion. Saisies sur le site internet d’accès libre opentopia, les images fixes sont assemblées en plans qui sont à leur tour montés selon un mode qui mime la proximité avec le cinéma narratif. Alternant les distances, les lieux et les scènes, Kowalski fait lentement surgir une dramaturgie maladive. Espaces publics et lieux semi privés y dessinent une géographie mondialisée de non-lieux. Paradoxes d’un non-tournage et d’un voyage immobile, les enjeux sont autant la surveillance que les contours de notre monde, sa mémoire ou sa disparition.

Nicolas Féodoroff 

FaLang translation system by Faboba